Accueil

D.C.M - Dioxine Country Mascaret

Détails

 

La MUSIQUE est le langage le plus profond de l’homme (Léonard Bernstein)
Elle donne une âme à nos cœurs et des ailes à la pensée ...(Platon)

P
laton a aussi écrit : « l'éducation musicale est souveraine parce que le rythme et l'harmonie ont au plus haut point le pouvoir de pénétrer l'âme et de la toucher fortement ».

À l'instar de Platon, les nombreux parents qui inscrivent leurs jeunes enfants à des cours de musique espèrent que cette formation leur profitera plus tard. Au cours de la dernière décennie, des chercheurs ont abondamment démontré les aspects positifs de l'étude de la musique : celle-ci améliore l'estime de soi, stimule la créativité et la discipline et, dans l'ensemble, rend les gens heureux.
«L’art participe au développement de la personnalité de chacun et au respect de celle des autres, et favorise l’évolution et le maintien de la vitalité des sociétés démocratiques."

DIOXINE COUNTRY MASCARET, en abrégé D.C.M, est le nom de l' association musicale humanitaire créée en France le 13 décembre 2011 - elle est reconnue d'intérêt général - l'adresse de son siège social est située sur la commune de 33480 AVENSAN (Médoc) et ce depuis le 01/02/2019.

Son but/Moyens :
Venir en aide aux enfants victimes de l'Agent Orange au Viêt nam, rassembler des personnes de bonne volonté, sans distinction de sexe, d'âge, de confession, ou d'opinion politiques désirant aider ces enfants.
Ses moyens d'informations/d'actions :

Elle se propose d'utiliser l'ART en général dont la MUSIQUE en particulier.
Site: www.dioxinecm.com
Page facebook facebook



"Panel/Démo"" - Unchained melody 
interprétée par Christian Gignac - (Fondateur, Pdt & artiste solidaire de l'association D.C.M) - (enregistrement/mixage Karim AURABI)

   
concept-2020-d.c.m  flyer-dcm
 - Où peut se produire D.C.M en 2020, et comment ? (lien)  
- La Plaquette D.C.M 2020 (lien)
 
L'adresse de notre site : http://www.dioxinecm.com (lien)
"- On peut aussi... tout changer en chantant !" 
"-Tout le soutien de l'association D.C.M à Madame TRAN TO NGA (lien) ainsi qu'à tous ses amis solidaires."

-o-

-Tout le soutien de l'association D.C.M à
Madame TRAN TO NGA (lien)
ainsi qu'à tous ses amis solidaires."
je ne veux pas tran-to-nga2 flyer-dcm
- Le procès en France (lien) (par André BOUNY) et Pdt d'honneur de l'association D.C.M - (lien)
Le 29 septembre 2020 à 22h15, ARTE diffuse et en replay le documentaire "Agent Orange, La dernière bataille (Le film/documentaire de 55'), dont l'équipe de réalisation a suivi Tran To Nga pendant 6 ans, dans le cadre de son procès contre les fabricants de l'Agent Orange. Il suit aussi Carol Van Strum qui se bat aux Etats-Unis pour mettre fin à l'épandage de ce poison.
Ce film documentaire est déconseillé aux enfants de -16 ans.

En France, Tran To Nga fait un procès à l’industrie chimique américaine qui l’a empoisonnée au Vietnam.
Les plaidoiries doivent avoir lieu en octobre 2020. Aux Etats-Unis, Carol Van Strum se bat pour mettre fin aux épandages de ce poison et à la destruction délibérée des peuples et de l’environnement. Derrière la description de cet « écocide », ainsi que celle d'un demi-siècle de luttes menées pour y mettre fin, c'est une page même de notre Histoire que nous donne à découvrir AGENT ORANGE, LA DERNIERE BATAILLE.
-O-
* La liste des membres du soutien international des victimes de l'Agent Orange présidé André BOUNY est visionnable sur le site :
- d'André BOUNY (lien)
- de notre association D.C.M (lien)...

(55 min) - Le film/documentaire - Agent orange, la dernière bataille (ARTE)- (lien) - Ce film documentaire est déconseillé aux enfants de -16 ans.
Disponible du 22/09/2020 au 27/11/2020
Prochaine diffusion le mardi 29 septembre à 22:30 (ARTE)
L’herbicide, qui a fait des ravages pendant la guerre du Viêtnam, continue de semer la mort. Dans le sillage de deux femmes en croisade contre l’industrie chimique, une bouleversante enquête sur cette catastrophe humaine et écologique.
"J’ai vu l’avion passer et, derrière lui, c’était comme un nuage." Dans le cadre de l’opération Ranch Hand (1962-1971), les États-Unis ont déversé des millions de litres d’agent orange sur le territoire vietnamien, pour détruire les forêts où se cachaient les résistants du Front national de libération, et les cultures agricoles qui les nourrissaient. Après l’arrêt de cette guerre chimique, l’armée américaine a incinéré et enfoui les excédents de défoliant, provoquant une contamination durable en divers endroits de la planète. L’usage de l’herbicide est pourtant resté autorisé dans les forêts et pâturages américains, loin de tout contact humain. Il a fallu attendre 1983 pour que Dow Chemical retire du marché ses produits contenant de la dioxine, un poison produit lors de la fabrication de l’agent orange, à l’origine de cancers et de malformations congénitales. En 2014, Tran To Nga, ancienne reporter dans la jungle sud-vietnamienne, victime des épandages, a assigné en justice vingt-six fabricants américains (dont Monsanto et Dow Chemical) depuis la France, où elle réside. De son côté, l’activiste américaine Carol Van Strum mène depuis plus de quarante ans une lutte sans relâche pour établir – à travers, notamment, la publication des "Poison Papers" – la responsabilité de l’industrie agrochimique, et mettre fin à ce désastre humain et écologique.
Arme de destruction massive
Des centres de soins vietnamiens pour les victimes de l’agent orange, où une quatrième génération d’enfants est née avec des difformités effroyables, aux forêts empoisonnées de l’Oregon, Alan Adelson et Kate Taverna ont enquêté sur les décisions et les dissimulations ayant conduit à ce scandale qui perdure – l’un des deux composants de l’agent orange, le 2,4-D, classé comme "probablement cancérigène" par le Centre international de recherche contre le cancer, étant encore largement utilisé. Leur documentaire rend également un émouvant hommage au combat de deux femmes qui ont refusé d’abdiquer malgré la maladie, les intimidations et les désillusions.

 

 
What do you want to do ?
New mail
   
© DCM